La Commission signe un programme de soutien à la stabilité de trois ans en faveur de la Grèce au titre du MES

La Commission européenne signe le protocole d’accord avec la Grèce pour un nouveau programme de soutien à la stabilité. Conférence de presse du commissaire Arias Cañete sur les préparatifs en cours dans la perspective de la COP 21 de Paris.

Le commissaire Arias Cañete pendant la conférence de presseLe commissaire Arias Cañete pendant la conférence de presse

La Commission européenne a signé le protocole d’accord avec la Grèce pour un nouveau programme de soutien à la stabilité. Le mécanisme européen de stabilité (MES) pourra décaisser jusqu’à 86 milliards d’euros de prêts au cours des trois prochaines années, à condition que les autorités grecques mettent en œuvre les réformes nécessaires pour s’attaquer aux problèmes économiques et sociaux fondamentaux, comme prévu dans le protocole d’accord.

Fruit d’intenses négociations ayant duré plusieurs mois, le programme contribuera à lever les incertitudes et à stabiliser la situation économique et financière, et aidera la Grèce à renouer avec une croissance durable fondée sur des finances publiques saines, une compétitivité renforcée, un secteur financier opérationnel, la création d’emplois et la cohésion sociale. Le décaissement des fonds dépendra des progrès accomplis dans sa mise en œuvre, laquelle sera suivie par la Commission, en liaison avec la Banque centrale européenne et, dans toute la mesure possible, conjointement avec le Fonds monétaire international. Ce suivi prendra la forme de réexamens réguliers.

Conformément aux orientations politiques présentées par le président Jean-Claude Juncker, la Commission, en tant que partenaire dans les négociations, a veillé particulièrement à la place de la justice sociale dans le nouveau programme afin de garantir une répartition équitable de l’ajustement et la protection des groupes les plus vulnérables de la société. La Commission a publié une évaluation de l’impact social de ce programme et conclut que, si les mesures prévues sont mises en œuvre intégralement et dans les délais, elles aideront la Grèce à renouer durablement sur le plan financier comme sur le plan social avec la stabilité et la croissance, et à répondre à ses besoins et défis sociaux les plus urgents.

Le commissaire pour l’action pour le climat et l’énergie, M. Arias Cañete, a donné une conférence de presse sur les préparatifs en cours dans la perspective de la conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP 21) de Paris (30 novembre – 11 décembre 2015). Il a également fait le point sur l’évolution de la crise migratoire.

Le commissaire Cañete a déclaré: «Paris doit envoyer un signal crédible au monde et montrer que les gouvernements luttent réellement contre le changement climatique». Il a indiqué que la conférence de Paris marquait une étape historique qui offre l’occasion exceptionnelle d’accélérer la transition vers une économie mondiale à faibles émissions de CO2 et résiliente face au changement climatique.

À propos de la crise migratoire, le commissaire Arias Cañete a déclaré que l’objectif était de transformer la solution d’urgence actuelle de relocalisation et de réinstallation des personnes ayant besoin d’une protection internationale en un système permanent de partage des responsabilités et de solidarité entre les États membres.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :