La diplomatie culturelle de l’UE a besoin d’une nouvelle impulsion, selon un rapport d’experts.

L’Union européenne et ses États membres ont beaucoup à gagner du «pouvoir discret» de la diplomatie culturelle […]

C’est la conclusion d’un rapport publié aujourd’hui par la Commission européenne à la suite d’une initiative du Parlement européen.

Les recommandations sur la manière d’accroître l’impact de la diplomatie culturelle de l’Europe sont les suivantes:

  •     une meilleure coordination et un personnel spécialisé, tel que des attachés culturels dans les délégations de l’UE;
  •     de nouvelles méthodes de financement et de collecte de fonds, y compris le cofinancement et les partenariats public-privé;
  •     la mise en commun de ressources d’organismes culturels et des États membres, notamment par l’intermédiaire de leurs instituts culturels et leurs attachés à l’étranger;
  •     la suppression des obstacles à la mobilité, par exemple en facilitant les conditions d’obtention de visas pour les opérateurs culturels;
  •     une meilleure communication avec les jeunes, par exemple en développant des programmes d’échanges éducatifs et culturels;
  •     la recherche de partenaires clés, axée plus particulièrement sur les villes;
  •     la facilitation de l’échange d’expériences et de bonnes pratiques entre des artistes de différents pays, des responsables culturels, des journalistes ou des écrivains;
  •     l’autonomisation des acteurs culturels locaux en facilitant la coopération avec des organisations et/ou des fondations culturelles;
  •     l’amélioration du suivi et de l’évaluation de projets et de politiques en matière de diplomatie culturelle

Contexte

Le rapport se fonde sur des travaux de recherche dans les 28 États membres de l’UE et les pays partenaires suivants:

 

  • 10 partenaires stratégiques: l’Afrique du Sud, le Brésil, le Canada, la Chine, la Corée du Sud, les États-Unis d’Amérique, l’Inde, le Japon, le Mexique et la Russie.
  • 16 pays voisins: l’Algérie, l’Arménie, l’Azerbaïdjan, la Biélorussie, l’Égypte, la Géorgie, Israël, la Jordanie, le Liban, la Libye, le Maroc, la Moldavie, la Syrie, le Territoire palestinien occupé, la Tunisie et l’Ukraine.

Le rapport a été élaboré par un consortium d’instituts culturels, parmi lesquels le Goethe-Institut (Bruxelles), le Palais des Beaux-Arts (BOZAR) de Bruxelles, le British Council (Bruxelles), l’Institut culturel danois (Bruxelles), et des acteurs culturels tels que la Fondation européenne de la culture (FEC), l’Institut für Auslandsbeziehungen (IFA), l’Institut français (Paris),KEA European Affairs.

La culture en tant qu’aspect essentiel des relations extérieures est l’un des trois objectifs stratégiques de l’agenda européen de la culture, un cadre politique global qui a guidé les travaux conjoints de la Commission et des États membres depuis 2007.

Pour en savoir plus

Commission européenne: Culture et culture dans les relations extérieures

Commission européenne: Éducation et formation

Site web de Mme Androulla Vassiliou

Linkedin: La Culture dans les relations extérieures

Facebook: La Culture dans les relations extérieures  et Europe créative

Twitter: @VassiliouEU, @Europe_Creative et @Cultextrel

 

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :